L'HISTOIRE

L’histoire de CHILKOOT – La Compagnie Des Pionniers commence véritablement à la fin du XIXème siècle, très exactement au cœur de l’hiver 1897-1898, alors que près de 30 000 chercheurs d’or, venant de San Francisco et d’ailleurs via Skagway en Alaska, s’attaquent au terrible Chilkoot Pass, unique point de passage pour « basculer » vers le Klondike et l’or promis, quelque part du côté de Dawson City au Canada…
Cent ans plus tard, pendant l’hiver 1997-1998, au cœur d’une forêt profonde du Queyras, Luc Royer donne naissance à CHILKOOT – la Compagnie Des Pionniers, peu après avoir vu passer les mushers de la Trans’Alpes, lancés avec leurs attelages de chiens de traîneau sur les traces de l’explorateur Paul-Emile Victor. Après la constitution d’une association et d’un recueil unique d’images d’aventure en noir et blanc « chassées » au Leica et couchées sur papier baryté avec un ami photographe marseillais, il imagine une succession d’événements sportifs qui seront autant d’occasions de revisiter et de partager les voyages des Grands Explorateurs, des Pionniers du XXème siècle.
Après un col « rentré » dans l’histoire, c’est désormais une marque d’événements et d’équipements d’aventure qui portera le nom mythique de CHILKOOT.

Tout naturellement, le premier logo CHILKOOT sera illustré en 1998 d’un attelage de chiens de traîneau, symbolisant à lui seul le voyage extraordinaire de ces fameux pionniers de la Ruée vers l’or, parmi lesquels figurait le célèbre écrivain Jack London, auteur notamment, quelques années plus tard, du livre « L’Appel de la forêt ».
Si le logo arbore dans un premier temps un attelage vu de trois-quarts avant, il est très vite remplacé, courant 1999, par un nouvel attelage vu cette fois de profil au musher sans visage que l’on doit au graphiste marseillais Bruno Perrin-Turenne. Un symbole emblématique qui surmonte huit lettres marquées au fer rouge, elles-mêmes soulignées de la mention à vocation communautaire « La Compagnie Des Pionniers ». Cette identité de marque s’inscrit depuis immuablement sur des banderoles, drapeaux, affiches, catalogues, vêtements et autres accessoires d’explorations sportives.
1999-2009 – Dix ans de folles pérégrinations, de voyages, d’explorations, de rencontres tous azimuts, parfois jusqu’à l’épuisement pour certains. Dix ans d’errances en quête du fameux concept originel, des sommets queyrassins jusqu’aux forêts profondes des Cévennes.
Et puis, à l’approche de l’hiver 2009-2010, parti seul à vélo sur les traces d’un autre écrivain voyageur de renom – Robert Louis Stevenson (1) – Luc Royer trouve enfin son « filon ». Après avoir bravé trois jours et deux nuits durant le froid et la solitude des forêts et des hauts plateaux cévenols, il finalise, cisèle, son concept de marque.
CHILKOOT ou des événements successifs inspirés des grandes explorations des XIXème et XX siècles, façonnés et proposés sous la forme de « programmes courts », très exclusifs (places et équipements limités en nombre et tracés), pour les explorateurs modernes amateurs des plus étonnants voyages et des plus précieux objets d’aventure.

(1) « Je ne voyage pas pour aller quelque part, mais pour voyager ; je voyage pour le plaisir du voyage. […] L’important, c’est de bouger ; d’éprouver d’un peu plus près les nécessités et les aléas de la vie, de quitter le lit douillet de la civilisation, et de sentir sous ses pieds le granit terrestre avec, par endroits, le coupant du silex. »
« Voyage avec un âne dans les Cévennes » – Récit publié par Robert Louis Stevenson en juin 1879